mercredi, septembre 25, 2013

Pizza aux Courgettes, Chorizo et Provolone Piccante


Après une bonne séance de ciné, rien ne vaut une bonne pizza toute chaude ! Vous en avez assez des kebabs enfilés sur le pouce avant la séance, ou au contraire des crêpes qui n'arrivent pas alors que votre ventre gargouille de faim, tard dans la nuit...? J'ai la solution : préparer une pizza à l'avance ! Rien de plus simple. Il suffit de réserver quelques heures dans l'après-midi pour confectionner une boule de pâte à pain et la laisser lever au chaud. Puis, l'étaler, la recouvrir de garniture, filmer, et basta. De retour après le film, préchauffez votre four au maximum, enfourner votre pizza, attendez 15 minutes et dégustez ! mmmh... en plus, celle-ci sent bon l'Italie et l'Espagne.

Qu'est-ce qu'il nous faut ?
  • 1 boule de pâte à pain
  • 2 courgettes pas trop grosses
  • 1 boule de mozzarella
  • 1 bon morceau de provolone piccante de Napoli
  • quelques tranches de chorizo iberico bellota
  • huile d'olive

Comment procéder ?
  1. Etaler la boule de pâte et en badigeonner la surface d'huile d'olive
  2. Couper des tagliatelles de courgette à l'économe et les répartir sur la pizza
  3. Disposer des rondelles de chorizo, le provolone en miettes et des tranches de mozzarella
  4. Arroser encore d'un filet d'huile, parsemer de fleur de sel, ajouter des herbes à l'envi
  5. Protéger avec du film alimentaire jusqu'à cuisson
  6. Cuire 15-20 minutes à 220-250°C, dans le bas du four.


Je sais. J'ai vu. Nul n'en convienne ! -- Et dejà la journée s'épaissit comme un lait.
L'ennui cherche son ombre aux royaumes d'Arsace ; et la tristesse errante mène son goût d'euphorbe par le monde, l'espace où vivent les rapaces tombe en d'étranges déshérences...
Plaise au sage d'épier la naissance des schismes !... Le ciel est un Sahel où va l'azalaïe en quête de sel gemme.
Plus d'un siècle se voile aux défaillances de l'histoire.
Et le soleil enfouit sas beaux sesterces dans les sables, à la montée des ombres où mûrissent les sentences d'orages.
Ô présides sous l'eau verte ! qu'une herbe illustre sous les mers nous parle encore de l'exil... et le Poète prend ombrage
De ces grandes feuilles de calcaire, à fleur d'abîme, sur des socles : dentelle au masque de la mort...

Saint-John Perse, Exil.

Aucun commentaire: