vendredi, février 13, 2015

dimanche, janvier 04, 2015

Chou Farci à la Saucisse de Morteau


Mais vous êtes chou ?
oh oui.

Parce que l'hiver est arrivé, puis reparti ; parce que le chou ça lave, après les fêtes ; parce que les carottes donnent bonne mine et que la saucisse fait rougir de plaisir.


Qu'est-ce qu'il nous faut ?
  • une dizaine de feuilles de chou frisé
  • une saucisse de Morteau fumée
  • deux trognons de pain rassis et du lait
  • une échalote
  • quelques branches de thym frais
  • deux carottes

Comment procéder ?
  1. Faire tremper le pain dans le lait ; hacher l'échalote ; effeuiller le thym
  2. Blanchir les feuilles de chou entières dans une eau bouillante, environ 10 minutes ; égoutter et laisser refroidir
  3. Hacher la chair de la saucisse, ajouter la mie de pain ramollie, le thym et l'échalote ; bien mélanger avec les doigts
  4. Peler les carottes et les couper en dés ; disposer au fond d'un plat allant au four
  5. Enlever la côte dure d'une feuille de chou ; prélever une boule de farce et la mettre sur la feuille ; replier la feuille pour enfermer la farce et ranger dans le plat
  6. Renouveler l'opération jusqu'à épuisement des feuilles
  7. Verser un peu d'eau dans le plat ; Cuire sous couvert d'aluminium, dans le four à 190°C, pendant plus d'une heure.
Accompagner de riz.

samedi, janvier 03, 2015

Gratin de Crozets de Savoie au Céleri, Jambon Cru et Comté


Fuck les Elvis Presley, les pilleurs de Memphis 
Je vaux bien plus qu'une Bentley, j'suis Chuck Berry en Stan Smith

jeudi, janvier 01, 2015

Strudel Poires et Chocolat


Ce qui est délicat dans le Strudel, c'est d'obtenir une pâte bien fine, tellement fine qu'on puisse se voir à travers. La première fois que j'en fis, ce fut tout une épopée. Cette recette-ci est plus simple... et tout aussi bonne.


Qu'est-ce qu'il nous faut ?
  • 200g de farine 
  • 50 mL d'huile de tournesol 
  • 50 mL d'eau froide 
  • 1 œuf
  • 10g de beurre 
  • 35g de cassonade
  • 1 jaune et de la cassonade pour dorer 
  • 30g de beurre 
  • 5 petites poires 
  • 60g de chocolat noir
  • 60g d'amandes concassées ou effilées
  • 2 cs de miel  
  • 1 pincée de cannelle

Comment procéder ?
  1. Faire fondre le beurre dans une casserole
  2. Mettre la farine, les œufs, le sel, la cassonade et l'huile dans un saladier ; Ajouter le beurre fondu, puis l'eau et mélanger pour obtenir une pâte homogène
  3. Former une boule et laisser reposer la pâte 1h au frais
  4. Éplucher les poires et les tailler en cubes ; les saisir à la poêle dans le beurre, sur feu vif
  5. Ajouter les amandes, la cannelle et le miel ; Baisser le feu et  laisser cuire 6-8 minutes en remuant jusqu'à ce que les poires soient légèrement caramélisées et compotées ; laisser refroidir
  6. Étaler la pâte en rectangle le plus finement possible, sur un plan de travail fariné ; Étirer la pâte légèrement avec les mains
  7. Répartir les poires cuites refroidies en laissant les bords libres ; Râper le chocolat à l'économe et le répartir sur les poires 
  8. Rouler la pâte garnie en boudin, en serrant bien ; Déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé
  9. Badigeonner avec le jaune d'oeuf, saupoudrer de cassonade
  10. Cuire au four à 170°C pendant 40 minutes.
A déguster tiède, accompagné d'une boule de glace à la vanille ou de crème Chantilly !


lundi, décembre 29, 2014

Spätzles, Potiron Parfumé au Thym et Jambon Cru


L'ingéniosité est la forme intellectuelle de la générosité

mercredi, décembre 24, 2014

Des Filhos pour Noël


Les filhos sont de gros beignets portugais qu'on déguste à Noël. Il n'y a pas une mais n recettes de filhos et autant de façons de les préparer. Plus ils sont fins, plus ils croustillent ; plus ils sont épais et plus ils sont moelleux.

Qu'est-ce qu'il nous faut ?

  • 8 oeufs
  • 750g de farine
  • 20g de levure fraîche de boulanger
  • 100 mL de lait (un peu moins en fait)
  • huile d'olive tiède (à vue !)
  • eau de vie + rhum arrangé
  • 1 zeste de citron 
  • sucre
  • cannelle
  • huile de tournesol

Comment procéder ?

  1. Faire tiédir le lait, ajouter un peu de sucre et y délayer la levure fraîche
  2. Verser la farine dans un très grand saladier ; ajouter la levure délayée et mélanger
  3. Battre les oeufs en omelette puis les incorporer au mélange précédent
  4. Parfumer la pâte avec une zeste de citron, de l'eau de vie, du rhum
  5. Pétrir la pâte sur un plan de travail pendant très très longtemps, pour qu'elle acquière une texture bien souple 
  6. Remettre la pâte dans le saladier et verser de l'huile d'olive à sa surface
  7. Laisser monter au chaud au moins 2 heures ; il faut qu'elle ait doublé de volume
  8. Remplir une sauteuse ou une grande poêle d'huile de tournesol aux trois quarts ; chauffer à 180°C
  9. Badigeonner ses mains d'huile d'olive ; prélever une petite boule de pâte et l'étaler légèrement, juste suffisamment pour pouvoir la poser sur le dos de sa main (gauche) ; en maintenant la pâte avec le pouce et l'index, l'étirer à peu près uniformément par tous ses côtés jusqu'à obtenir l'épaisseur désirée (ne pas se formaliser s'il y a de petits trous)
  10. Plonger délicatement la pâte étalée dans l'huile chaude et laisser frire quelques minutes ; retourner et poursuivre encore quelques minutes, jusqu'à ce que le beignet soit bien coloré
  11. Déposer sur une assiette recouverte de papier absorbant ; saupoudrer d'un mélange sucre-cannelle avant complet refroidissement.

On fait d'abord la cuisine pour soi-même. Si l'on considère que l'on devient ce que l'on mange, alors cuisiner constitue un moyen pour maîtriser ce que l'on est. Lorsque l'on commence à piocher dans la gamme de couleurs qu'offre la nourriture pour composer une harmonie de goûts et de textures, on entrevoit la possibilité de satisfaire ses envies. Il suffit alors d'imaginer pour créer.

On fait aussi la cuisine pour ceux qu'on aime. Au cours de la phase préparatoire, où l'on cherche à anticiper ce qui va plaire, aussi bien que pendant les heures passées à peler, couper, presser, mélanger, malaxer, façonner, monter, foisonner, garnir... l'autre est constamment présent, avec ses désirs et ses attentes. Qu'il s'agisse de nourrir au plus vite des bouches affamées, de rendre service à une cuisinière fatiguée ou débordée, d'impressionner des connaissances ou des collègues, de se rendre indispensable à ceux dont on dépend, ou de partager un moment de convivialité avec des amis, cuisiner est toujours l'expression d'une forme d'amour.

Et puis, parfois, on cuisine pour rendre hommage à ceux qu'on a aimés, et qui ne sont plus là. On se conforme alors à un rituel, instauré avec eux, pour faire resurgir le passé. Chaque geste reproduit évoque par réminiscence le souvenir de l'être cher. On a de nouveau devant les yeux son image, on entend sa voix, on capte son sourire, on perçoit ses certitudes et ses envies. On vit, pour un moment, dans l'illusion de sa présence.