jeudi, janvier 01, 2009

Pluie de Sucre Glace Sur Kouglof Alsacien



Parmi la longue liste des desserts traditionnels ou simplement alléchants que je me suis promise de faire incessamment, j'ai pu cocher, à l'occasion de ce début d'année, le kouglof (ou serait-ce "kugelhopf"?). J'avais, endormi dans un placard, un moule en terre cuite vernissée, ouvrage de poterie alsacienne offert il y a presque un an, qui n'attendait que d'être étrenné.

La confection du gâteau m'a pris une bonne après-midi, entre la préparation elle-même (environ une demi-heure) , l'opération de levage/pose/pousse (que de termes! je ne sais plus qui pour quoi) en deux temps (2h+1h30), et la cuisson enfin (1 heure environ). J'ai pris la recette dans un livre dont j'ai oublié le nom, mea culpa bien bas. Je l'ai de toute façon adaptée et j'en ai réduit les quantités. Même ainsi, la masse de pâte était presque trop importante pour mon moule et j'ai dû, à maintes reprises, rattraper à la cuillère les bouts demi-cuits dégoulinants dans un four presque trop petit pour le moule.

Anyway, tout cela s'est fort bien présenté, moyennant un démoulage au forceps (mon commis n'ayant pas beurré le moule de manière uniforme, hum)... et fort bien mangé ! La mie de la brioche (si l'on puit dire ainsi) était aérienne comme un nuage, pas sèche, pas trop sucrée (plus de raisins peut-être?), un plaisir pour les papilles, encore trempée dans le thé le lendemain matin !

Kouglof alsacien
pour 6-8 personnes

  • 500g de farine, tamisée
  • 200 mL de lait
  • 65g de beurre mou
  • 65g de sucre
  • 10g de levure de boulanger
  • 4 oeufs et 2 jaunes
  • 165g de raisins secs
  • 1 poignée d'amandes, coupées en deux
  • 1 zeste de citron
  • thé noir infusé
  • un peu de rhum
  • une pincée de sel

  1. Faire macérer les raisins secs dans le rhum et le thé
  2. Délayer la levure dans 100 mL de lait tiède
  3. Battre le beurre en pommade
  4. Ajouter un oeuf, puis deux jaunes et mélanger 3 minutes
  5. Incorporer encore trois oeufs, un à un, à la cuillère en bois
  6. Ajouter 135g de farine tamisée, puis la levure délayée
  7. Creuser une fontaine dans la masse et y ajouter le sucre, le sel
  8. Verser le reste de lait chaud
  9. Incorporer progressivement le reste de farine tamisée
  10. Travailler à la cuillère en bois ; détachement des parois 
  11. Couvrir d'un torchon et laisser pousser 2 heures dans un endroit chaud
  12. Beurrer et fariner un moule à kouglof
  13. Garnir de moitiés d'amandes disposées avec art
  14. Rompre la pâte et incorporer les raisins secs
  15. Ajouter enfin l'eau de fleur d'oranger et le zeste de citron
  16. Façonner une boule, percer au centre et disposer dans le moule
  17. Laisser doubler de volume dans un endroit tiède pendant 1h30
  18. Cuire 55 minutes au four à 200°C.


Bonne année à tous !

2 commentaires:

Guigui a dit…

Non mais tu sais ce qu'il te dit, ton commis? T'avais qu'à le faire au papier cuisson, ton bout de klof, là, on s'en serait pas foutu plein les doigts.
De surcroît, et ce dans l'intérêt de la respectabilité de ton blog, relis tes participes passés à l'infinitif. Y'a des fautes qui font tâche, et pas que sur le tablier...

Sinon, ce fût un plaisir, mais je me devais d'insister, alors même que l'on ne relate que mes échecs. D'aucunes eussent pu parler de mon bizutage réussi à la pasta, ou de ma mixture à faire gonfler le raisin golden. Allez, I'll be back.

Elodie a dit…

Mais biensûr Guigui, tu n'as pas que "mal beurré le moule". Je te rends justice dès à présent : l'infusion des raisins dans un mélange rhum-thé était divine, le maniement de la pasta digne d'un professionnel, et l'extraction des zestes de citron courageuse.

Par contre, la critique un peu facile sur les fautes de participes... ça ne passe pas. Le seul mot d'erreur était "beurrer" et c'était fait tout exprès, évidemment, pour attirer ton attention sur la partie te concernant...