samedi, janvier 05, 2008

Kanelbullar II (presque comme là-bas !)


Tentative n°2. La frénésie du kanelbulle a encore frappée.

Non contente du résultat obtenu la dernière fois, j'ai tenté d'élaborer une recette de kanelbulle améliorée, en m'inspirant de blogs ici ou là, et de recettes d'autres viennoiseries comme le pain au raisins. J'ai doublé la quantité de beurre et ajouté un petit-suisse de derrière les fagots à la pâte pour la rendre plus moelleuse, j'ai inséré de la crème pâtissière en garniture plutôt que du beurre, et enfin j'ai nappé les brioches de sirop à l'orange pour une surface brillante et sucrée. Toutes ces modifications ont apporté un + + indéniable : nos kanelbullar ressemblent maintenant un peu plus à ceux de là-bas !

La cuisine est un art complexe et l'élaboration d'une nouvelle recette reste un challenge. Il en coûte de tenter à nouveau une préparation qui n'a pas été plébiscitée, en apportant des modifications à la recette initiale ou juste en essayant de s'appliquer un peu plus. Un nouvel échec... et c'est l'enfoncement progressif mais inéluctable dans la déprime. La pari est risqué. S'agit de pas se louper, d'ajouter des tucs bien sentis, de doser avec finesse et doigté, de pas se précipiter, et surtout de se donner à fond. Alors quand on voit bien finalement que c'est mieux que la dernière fois, que y a même aucun doute, que là ça en jette puisque qu'on a envie de s'écrier "mmh, c'est trop bon", on se peut que se gausser, sourire dans son for intérieur et on en ressort motivé pour de nouvelles aventures.

Pâte à brioche
  • 500g de farine
  • 250 mL de lait tiédi
  • 150g de beurre mou, en dés
  • 100g de sucre
  • 1 oeuf
  • 1 petit-suisse
  • 40g de levure de boulanger
  • 1cs de cardamome en poudre
  • 1 pincée de sel
Garniture
  • 150 mL de lait
  • 30g de sucre
  • 20g de maïzena
  • cassonade
  • cannelle en poudre
Décoration
  • 1 jaune d'oeuf (facultatif)
  • 300 mL de jus d'orange
  • 1 zeste d'orange
  • 50-60g de sucre
  • sucre perlé

Le levain-levure
Délayer la levure dans un peu de lait
Tamiser
la moitié de la farine et y creuser un puits
Verser
la levure dissoute et le reste de lait
Ajouter
l'oeuf
Amalgamer
à la cuillère en bois
Couvrir
d'un torchon propre et faire lever 1 heure

La pâte à brioche
Ajouter
le reste de farine, ainsi que le sucre, le sel et la cardamome
Incorporer
le beurre mou en dés, et le petit-suisse
Mélanger
à la main pour homogénéiser
Travailler
la pâte quelques minutes
Former
une boule
Couvrir
d'un torchon propre et faire lever 30 minutes

La garniture

Porter
à ébullition le lait et la moitié du sucre
Mélanger
la fécule et le reste de sucre
Incorporer
un peu de lait froid
Verser
dans le lait bouillant
Maintenir
quelques minutes à frémissements en remuant sans cesse
Passer
au tamis puis laisser refroidir cette crème pâtissière
Etaler
la pâte en deux rectangles
Etaler
une fine couche de crème pâtissière sur la surface
Saupoudrer
de cassonade-cannelle
Rouler
bien serré en eux boudin
Couper
20 tranches dans chaque largeur
Disposer
sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé, ou dans des empreintes individuelles
Couvrir
d'un torchon propre et laisser pousser 30 minutes

La finition
Dorer
les buns au jaune d'oeuf
Cuire
6-8 minutes à four très chaud (250°C)
Badigeonner
de sirop froid à l'orange
Parsemer
de sucre perlé.


Je n'avais toujours pas de sucre perlé mais je reste persuadée que c'est un élément essentiel !

"I subscribe to the Umberto Eco view that Noel Gallagher’s a poet and Liam’s a town crier and I’ve always seen that as a perfect combination."

Pete Doherty

1 commentaire:

$ha a dit…

Avec de la cardamome? j'adopte!